< Retour aux actualités

Le Contrat d'Engagement Jeunes, en bref

A compter du 1er mars 2022, le CEJ, Contrat d’Engagement Jeune, prend le pas sur la Garantie Jeunes.

Une mesure nationale, mise en forme par les missions locales. 

Capture_CEJ2022

La fin de la Garantie Jeunes

Une mesure du "Plan 1 jeune, 1 solution"

D’abord intitulé « garantie jeunes universelle » puis « revenu universel d’engagement », le « contrat d’engagement jeune » initié par le Gouvernement voit le jour début mars.

Ce dispositif est intégré au plan national de relance et mis en œuvre en premier lieu par les missions locales. A priori, 200 000 jeunes sont concernés en 2022.

A qui s'adresse le CEJ ?

Avant tout, les jeunes déscolarisés et sans emploi

  • Les jeunes de 16 à 25 ans.
  • Les jeunes jusqu’à 30 ans s’ils sont en situation de handicap.
  • Les jeunes détachés fiscalement du foyer familial ou rattaché à un foyer avec des revenus modestes.

Régularité et assiduité

Un contrat est signé entre le jeune et un  « référent unique », le conseiller mission locale ou Pôle emploi.

L’assiduité du jeune conditionne le versement mensuel d’une allocation (entre 300 € et 500€).

Capture du profil Twitter du Ministère du travail (14/01/2022)

Comment ça fonctionne ?

Un parcours pour définir le projet pro

Défini comme un parcours d’accompagnement intensif vers un projet professionnel défini, le CEJ implique :

  • 6 à 12 mois d’accompagnement individuel (parfois 18 mois si le conseiller en perçoit la nécessité) 
  • un engagement de 15 à 20h par semaine
  • le suivi d’ateliers (sur la mobilité, la citoyenneté, le logement…), la participation à un/des dispositifs (formation, volontariat, mentorat…), la réalisation de stages ou formation (PMSMP…), etc.
  • le téléchargement d’une application (« Pass Emploi ») pour « suivre l’évolution de son parcours ».